Après une petite pause bien méritée (oui oui je t’assures… tu comprendras pourquoi en lisant cet article jusqu’au bout), il est temps pour moi de remettre un pied (voir plus 😉 dans la blogosphère. Quoi de mieux que de te conter un moment riche en émotions, mon deuxième accouchement.

img_1991

TitouTwo était prévu pour le 13 octobre mais soyons franches je n’en pouvais plus et dès le début du 9ème mois sachant qu’il se portait bien et que la prématurité était loin derrière nous, je n’avais qu’une envie c’est qu’il se décide à sortir. C’est pas faute de lui avoir répété et de m’être donné à fond pour le motiver mais non TitouTwo n’avait pas l’air décidé à sortir et lors de mon contrôle du début du 9ème mois mon col était encore mi-long, bien postérieur et à peine ouvert à 1 doigt.

Et puis le samedi 1er octobre les contractions douloureuses sont arrivées, régulières par moment et irrégulières à d’autres, à chaque fois j’y croyais, nous sommes même partis à la maternité dans la nuit du samedi au dimanche… sauf qu’à peine une heure après être arrivés les contractions s’étaient arrêtées, vive le faux travail ! J’ai donc passé mon week-end à rester tranquille et à alterner le doliprane, le spasfon et les exercices de ballon.

Le lundi matin rebelote avec une douleur un peu plus forte, je me suis dit que si ça continuait comme ça ça allait peut être le bon moment cette fois. J’ai attendu jusqu’à ce que j’ai des contractions régulières et douloureuses toutes les 10 minutes et nous sommes partis en direction de la maternité. J’aurais pu attendre davantage mais la maternité étant à 40 minutes de voiture et le travail allant plus vite pour un 2ème ça me faisait peur de trop attendre, je me voyais déjà accouché dans ma voiture !

Nous sommes arrivés à la maternité à 15h30 et là commençait le parcours du combattant. L’hôpital que j’ai choisi est de niveau 3 et le plus grand des environs, du coup c’est l’endroit ou l’attente est reine. Autant dire que je me doutais que j’allais attendre un peu mais pas à ce point là… Alors que je venais pour accoucher, je me suis retrouvée à attendre dans une salle d’attente blindée avec 2 autres femmes dans le même état que moi à désespérément essayer de contrôler tant bien que mal sa respiration et la gestion de la douleur. Nous avons attendu une heure avant que je sois prise en charge et qu’on m’examine, verdict dilaté à 2-3 cm mais col toujours postérieur. La sage femme me demande donc d’aller marcher (comme un coup de déjà vu pour la naissance de Titou), quitte à marcher je persuade mon mari d’aller jusqu »à la cafétéria lui prendre un sandwich au cas où et un petit cheesecake pour moi (hé oui même dans la douleur je ne perds pas le nord et je pense à bouffer 😉 Au moment de payer les contractions s’accélèrent et la douleur monte en intensité, je décide donc de remonter presto à la maternité… nouveau verdict col dilaté à 4 on me passe en salle de naissance en me disant de me faire discrète car les salles sont pleines et c’était normalement la dame d’à côté qui aurait dû aller s’installer en salle de naissance sauf que finalement je suis plus avancée qu’elle.

Nous nous installons en salle de naissance à 18h10, on me demande si je veux la péridurale et j’acquiesce avec beaucoup de vigueur (j’y crois à cette péridurale la première n’ayant fonctionné qu’à moitié je mise tout sur ce 2ème accouchement en me disant que ça ne peut pas faire la même chose une 2ème fois). Attente de nouveau pour avoir la péridurale… l’anesthésiste n’arrive qu’à 19h20 pour la pose, entre temps ma poche des eaux s’est fissuré et je douille tellement que j’ai du mal à faire le dos bien rond pour faciliter la pose et là le comble ma poche des eaux se rompt complètement entre 2 contractions, l’intensité de la douleur monte encore d’un cran, je commence à avoir chaud et à avoir la vue qui se brouille, je fais un malaise vagal. La sage femme me passe de l’eau sur le visage et cela me permet de reprendre le dessus et de ne pas m’effondrer, la douleur est toujours là très forte, la péridurale est enfin posée et j’attends qu’elle fasse effet.

Le temps passe et j’ai toujours très mal, je ne comprends pas pourquoi je ne sens pas plus rien comme toutes mes copines qui ont eu une péridurale à leur accouchement puis d’un coup j’ai envie de pousser, je demande à mon mari d’appeler les sages femmes car je sens que TitouTwo s’apprête à faire sa sortie, il est 20h. Après examen, j’ai raison il arrive, les sages femmes s’habillent et préparent tout en courant, elle me demandent de me mettre en position sur le dos, impossible pour moi, la douleur a pris le dessus je veux rester sur le côté et j’accouche finalement dans cette position après 3 poussées à 20h22. On m’explique après que la péridurale a été posée trop tard et que ma douleur avait déjà trop progressé et était trop intense pour que l’effet de la péridurale la rattrape, elle a finalement fait effet pendant le peau à peau…

On dit souvent que le second accouchement est plus rapide que le premier et ça a été le cas pour moi, 5h à partir de l’arrivée à la maternité versus 8h pour le premier (accouchement rapide aussi pour un premier). La douleur a été très différente (pas de contractions dans les reins mais seulement dans le ventre) mais tout aussi présente. Toutefois, la rapidité de l’accouchement et cette position plus naturelle pour accoucher m’a laissé un meilleur souvenir que pour mon premier. A 1h du matin j’étais debout en train de prendre ma douche et le lendemain pomponnée avec le sourire aux lèvres et une pêche d’enfer alors que pour Titou j’avais du mal à marcher et l’impression qu’un semi-remorque m’étais passé dessus… vraiment rien à voir entre mes deux accouchements, comme quoi effectivement chaque grossesse et chaque accouchement sont bel et bien totalement différents.

4 comments on “Ma rencontre avec TitouTwo <3”

  1. Félicitations pour numerobis (garçon ou fille ?)
    C’est fou que dans une maternité de niveau 3, ils puissent manquer de salle de naissance…
    Je compatis pour la douleur une fois la poche percée … c’est sur mon deuxième accouchement que je me suis rendue compte que je n’avais que fissuré pour FeuFolet … j’ai eu tellement mal et la sage-femme était tellement peu aidante que j’ai craqué pour la péridurale (que je ne voulais pas) … qui a été inutile puisque la poussée à commencée pendant la pose

    • Merci ! 2ème garçon, un petit Hugo <3

      Oui c’est fou en même temps je choisis toujours le mauvais moment, il y a eu beaucoup d’accouchements cette journée là. Aïe la poussée pendant la pose sympa aussi :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *