13617393_10209549217345205_1515211418_n

Petit homme deviendra grand !

C’est exactement ce que je ressens en ce moment. J’ai 15 ans d’écart avec mon petit frère, il est arrivé en pleine période d’adolescence et ça a été une des meilleures nouvelles qui a ponctué cette période de ma vie. Après 12 ans d’essai, ma mère n’y croyait plus, alors avec ma cousine du haut de nos 15 ans on a insisté pour que ma mère fasse un test de grossesse et le petit miracle était bien présent.

Avoir autant d’écart avec mon petit frère n’a pas toujours été simple, j’ai longtemps été toute seule aux repas de famille, pour jouer… et peut être qu’inconsciemment ça a influencé ma décision d’avoir deux enfants avec peu d’écart d’âge. Toutefois, le côté positif c’est qu’à l’âge ou il est arrivé j’étais déjà grande et j’ai pu seconder ma mère pour s’en occuper et être présente dans sa vie (les biberons, les couches, les sorties au parc, la découverte des vieux dessins animés…). J’ai développé une relation de complicité avec mon petit-frère qui me ravie, je l’emmenais et allait le chercher à la garderie puis à l’école lorsque mes horaires de fac me le permettait, je lui ai organisé et animé ses premiers goûters d’anniversaire, je le prenais sous mon aile et l’emmenais jouer quand mes parents se disputaient (hé oui ça arrive dans tous les couples) je lui ai fait découvrir Disneyland, le Parc Astérix, je l’ai emmené au zoo, à la serre aux papillons, j’ai participé aux kermesses de l’école….

Sentimentalement, mon frère c’est finalement mon premier bébé !

Puis est arrivée la période de la séparation ou je suis allée vivre avec mon mari (qui était mon copain à l’époque), le fait de ne plus être 24 heures sur 24 ensemble nous a un peu éloigné surtout qu’au fur et à mesure il a grandit et est lui aussi entré dans la dure période de l’adolescence, la discussion qui était pourtant si facile avant devient donc plus compliquée. Mais je n’ai pas baissé les bras, n’habitant pas loin de chez mes parents, j’essaye d’être présente au maximum pour entretenir ce lien si particulier que nous avons. Nous continuons nos sorties entre frères et sœurs (cinéma, japan expo et j’en passe), on instaure des traditions comme les petits sablés ou la pâtisserie des fêtes de fin d’années (hé oui nous avons la même passion pour la cuisine et plus particulièrement la pâtisserie, ça doit être dans les gênes !), je l’ai accompagné avec ma mère quand il s’est fait opéré, je le soutiens selon la situation face à mes parents et me moque parfois de ses petites manies (bah oui je reste une grande sœur comme une autre c’est trop tentant parfois de se moquer !) …

Je repense souvent à tous ces moments traversés ensemble, au fait que le temps défile à une allure de folie, que je vieillis et que je serais bientôt maman de 2 petits garçons. Petit homme a désormais 17 ans et demi et a passé son bac cette année. La fameuse année du stress et de l’attente des résultats par laquelle on est tous passé et par laquelle nos enfants passeront également un jour.

En cette journée de résultats, je suis stressée, presque autant que ma mère, parce que la réussite de mon petit frère est très importante à mes yeux et parce que je veux être là pour partager les moments importants de sa vie. Toutefois, je ne montre pas ce stress, tout d’abord parce qu’il est assez stressé comme ça et qu’il a besoin d’être rassuré mais aussi parce que je suis confiante, il est doué pour les études et je suis persuadée qu’il va avoir son bac haut la main, reste qu’à parier sur la mention 😛

Je vais donc rejoindre mon père et attendre le coup de fil de ma mère qui est partie voir les résultats avec Petit homme et si tout s’est bien passé, je l’emmènerais comme promis fêter ça au restaurant 🙂

J’espère que mes enfants développeront aussi une grande complicité et seront toujours des piliers l’un pour l’autre, il n’y a rien de plus important que la famille <3